Articles avec #litterature romance tag

Publié le 9 Août 2015

Jane Austen et moi, Illustration de Pénélope Bagieu
Jane Austen et moi, Illustration de Pénélope Bagieu

De Emma Campbell Webster, édition Danger Public, 2008, Romance

Résumé :

Votre nom: Elizabeth Bennet. Votre mission: faire un mariage de raison et d'amour, tout en évitant les scandales de famille. Vous n'avez pour vous que votre esprit vif, votre bon sens, votre beauté "passable", et vous devez vous frayer un chemin à travers une infinité de choix qui détermineront votre propre destin romantique (et financier). Ne vous êtes-vous jamais demandé ce qui serait arrivé si Elizabeth avait accepté la proposition de Mr. Darcy, d'Orgueil et Préjugés, dès leur première rencontre? Ou si elle s'était sauvée des bras de Mr. Darcy pour se jeter dans ceux du capitaine Wentworth, de Persuasion? Voici l'occasion de le découvrir. Jane Austen et moi est ancré dans Orgueil et Préjugés, mais les choix proposés tout au long du livre vous mèneront au cœur des autres romans de Jane Austen, et dans un territoire imaginaire. Jane Austen et moi est un labyrinthe d'amours et de mensonges, de séductions et de scandales, de mésaventures et de mariages, un véritable défi et un ravissement pour tous les amoureux de Jane Austen. La mission d'Elizabeth réussira-t-elle? Son destin est entre vos mains.

Mon avis :

Emma Campbell Webster est une spécialiste de Jane Austen et connaît très bien le sujet de son livre. Elle revisite l'histoire de "Orgueils et préjugés" en faisant du lecteur le héros. Permettant des choix multiples, le livre est amusant à prendre en main, et on aime avoir parfois le choix en fonction de ce que l'on est et de comment on envisage la situation.

Considéré comme l'une de ses œuvres les plus importantes et aussi la plus connue du grand public, le livre a donné lieu à plusieurs adaptation, qu'elle soit cinématographique ou télévisuelle. Drôle et romantique, on aime à suivre les aventures sentimentales des sœurs Bennet. On perçoit aisément les mœurs plutôt rigides de l'époque, où seul un bon mariage pouvait prémunir de la pauvreté, parfois sans amour.

Le livre est célèbre pour la force et la personnalité des personnages : profond, bien marqué, ils mettent en lumière les possibilités que s'offrent aux protagonistes, malgré une certaine réserve. Et qui, secrètement, n'a pas eu envie de secouer comme un prunier ce cher Mr Darcy! (ah vous pensiez que j'allais dire embrasser ;-) ) Et que dire de cette Elizabeth, femme à la fois forte et fragile que l'on suit avec attendrissement.

La prouesse de Jane Austen dans son œuvre est de relater une histoire d'amour improbable dans une société anglaise qu'elle décrit avec pertinence et sans omettre parfois les descriptions des lieux, allant jusqu'à donner la durée des voyages parfois. Sans alourdir le texte, l'auteur a su donner assez d'informations sans rendre son œuvre indigeste.

Alors que dire de cette version dont on est le héros?

Je l'ai trouvé amusante, sympathique et innovante. Mais malgré tout j'ai été déçue par la complexité et les choix offert car ils n'offraient pas vraiment de choix ludique ou intéressant à mon sens.

De plus, une erreur de pagination m'a recommencer le livre 5 fois en faisant un tas de changement dans mes choix, jusqu'à ce que je découvre que le choix pour arriver à une partie était mal retranscrit. Cela m'a semblé du coup long, et m'a même un peu interloquée.

Je n'ai pas vraiment savourer cette lecture, m'attendant peut être plus à une version plus humoristique ou en tout cas moins linéaire. De plus, l'illustration de la page de garde me laissait espérer un grand nombre de dessins... Mais il y en avait fort ^peu et je n'ai pu véritablement profiter des illustrations de Pénélope Bagieu.

En bref :

Cela reste malgré tout une belle découverte, mais je ne pense pas être le public cible... J4ai aussi eu beaucoup de mal à me séparer de l'œuvre originale je pense...

Voir les commentaires

Rédigé par Sabrina.

Publié dans #Littérature Romance

Repost 0

Publié le 14 Juin 2015

Leur coeur gros comme des cailloux

Merci à Babelio de m'avoir permis de découvrir ce livre bouleversant dans le cadre des "masses critique"

De Cécile Chartre, Édition Alice, Collection Chapelier fou, 2015, Nouvelle, Rommance

Résumé :

Il y a la mer. Eternelle, immuable. En face de la mer, il y a ce banc. Eternel, immuable. Sur ce banc, tous les jours, de 8 heures à 20 heures, il y a la vieille. Eternelle, immuable. Aux pieds de la vieille, il y a le mignon chien-chien. Et à côté de la vieille, il y a le tas de cailloux, bien ronds, petits, mais qui doivent faire mal si on les lance fort. Puis arrive un jeune. Qui ose s'asseoir sur le banc. Qui ose caresser le mignon chien-chien.

Au bout d'un moment, il s'est penché vers le chien. Et il lui a demandé ce que tout le monde se demandait. Il a dit : - Mais qu'est-ce que tu fais là, toi ? Ou un truc dans le genre. - J'attends Théodore. Ca, c'était la réponse à la question du jeune. Le chien était super mignon, mais fallait arrêter de faire peser trop d'espoir sur son dos. Parler, il ne savait pas. Alors, on était bien obligé de se rendre à l'évidence. C'était la vieille qui avait répondu.

Mon avis :

Le sentiment amoureux est l'un des plus complexes au monde : à la fois éternel et fugace, intense et léger, il est ce qu'il n'est pas et reste impalpable. L'amour est sans doute le thème de la littérature le plus souvent traité, esquissé, parodié : on tue par amour, on fait des miracles par amour : de l'amour nait la vie, de l'amour on se languit... Il n'y a pas d'âge pour aimer ou pour parler d'amour, avec passion ou amertume, chaque personne évoque ce sentiment à sa manière comme il la vécu. On parle d'amour, à tout âge, à tout moment de notre, mais que faire lorsqu'on aime et attend l'amour depuis si longtemps.... Comment se voiler la réalité et vivre dans ces espérances jusqu'à oublier le raisonnable?

Roman court, "Cœurs de cailloux se lit comme un témoignage, un moment de vie et d'amour.

Un jeune garçon aborde une vieille femme assise chaque jour face à la mer en parlant au chien qui l'accompagne. Elle lui répond chaque jour, invariablement qu'elle attend Théodore, l'homme dont elle est éprise. Elle lui raconte sa rencontre, les étoiles dans les yeux, de cet homme sur lequel chaque femmes se retournaient. Elle se raconte, avec pudeur. Chaque jour, lorsqu'elle lui demande si lui a déjà embrassé une fille, il s'invente une nouvelle vie, se raconte, et finit par se confier. Et puis ces cailloux, qui font un lien dans cet emmelement de sentiment.

Deux générations s'opposent, se cherchent et se rejoignent : jusqu'à ce jour où... Je ne peux révéler ce qui déclenche la découverte du narrateur de ce livre. Mais avec un pincement au cœur, on découvre ces amours impossibles mais qui tiennent par delà les années.

Sans minauderie, le style est simple, se lit vite mais s'imprègne dans l'esprit du lecteur. On se doute assez vite de la fin, même si on finit par s'étonner de la dernière page. Il se lit comme une histoire qui se raconte, comme une confidence, sentant par moment les tripes se brouiller et les sentiments se mélanger.

Le livre court se suffit à lui même : il n'est pas utile de creuser davantage et de sombrer dans des évidences. J'ai aimé cette simplicité dans le texte et dans le verbe, car l'amour en devient un sentiment normal et accessible, loin des promesses narrées dans diverses romances insaisissables.

Avec un gout de réalité, on s'enchante et finit par se poser des questions : on referme le livre avec un gout amer, une incompréhension et une envie de changer le court des évènements pour laisser à cette dame le loisir de combler ces longues journées d'attente.

L'objet livre est très soigné et rajoute au plaisir de la lecture.

En bref :

Sans qu'il s'agisse du nouveau Shakespeare, on prend le récit pour ce qu'il est : on y parle d'amour, impossible et déraisonnable, avec toujours tapis dans le cœur un espoir.

Voir les commentaires

Rédigé par Sabrina.

Publié dans #Littérature Nouvelle, #Littérature Romance

Repost 0

Publié le 10 Juin 2015

Le Diable
De Léon Tolstoï, édition Folio 2004, première édition 1911
Résumé :

Le Diable est une nouvelle écrite en 1889 mais achevée en 1909 et publiée à titre posthume.

Irténiev, propriétaire terrien, est un homme sérieux, qui gère son domaine avec efficacité et rigueur. Marié à la douce et fragile Lise, romantique amoureuse qui l'idéalise, Irténiev fait de son mieux pour être à la hauteur. C'est sans compter sur Stépanida, une belle paysanne impudique, au regard de braise, au corps vigoureux et à la peau laiteuse, qui met tous ses sens en émoi...

Mon avis :

Irténiev est un jeune homme célibataire qui noue une relation avec une paysanne du nom de Stépanida, femme mariée. Issue d'un milieu social différent que celui d'Irténiev, celui ci la quitte pour une femme de son rang.

Il ne croise plus la jeune paysanne pendant longtemps et vit avec Lise des amours sans problèmes. Cependant, ayant besoin de monde pour le travail de la propriété et de l'exploitation, Irténiev revoit Stépanida, et la passion qu'il pensait éteinte le taraude sans cesse, malgré l'amour qu'il porte à sa femme. Il cherche a revoir Stépanida, tout en faisant en sorte de l'éviter. Il en vient à en discuter avec son oncle, afin d'alléger le fardeau de sa culpabilité.

Sur fond d'infidélité, Tolstoï dresse avec finesse et maitrise les sentiments de culpabilité et les tourments que génère cette tentation. Le style de narration est fluide, on ressent par moment une lourdeur de style, mais elle est vite effacée par le rythme de cette nouvelle.

On peut se demander la raison qui a poussé l'auteur à écrire ce texte sur une longue période : l'infidélité est tabou, principalement à cette époque où le milieu socio culturel prônait sur les ambitions et désirs personnel : ainsi, Irténiev craint à la fois de peiner son épouse, mais également du quand dira t on.

Remplie de sensualité, de douceur, cette nouvelle est également cinglante, la fin étant un dénouement dont on aperçoit bien vite les contours. Malgré tout, un texte réflexif et novateur pour l'époque, abordant des sujets plus tabou encore qu'aujourd'hui.

Une découverte également du style de Tolstoï : fourni, fluide, parfois un peu ronflant, mais sans fioritures inutiles.

En bref :

A découvrir pour le style de Tolstoï et la maitrise de son œuvre. Un texte court, mais intense.

Logo Livraddict

Voir les commentaires

Rédigé par Sabrina.

Publié dans #Littérature Nouvelle, #Littérature Romance

Repost 0

Publié le 25 Septembre 2013

L'éternité n'est pas de trop

De François Cheng, éditions Albin Michel,

Résumé :

A XVIIe siècle, à la fin de la dynastie Ming – époque de bouillonnement et de bouleversement, où l’Occident même était présent avec la venue des premiers missionnaires jésuites en Chine -, dans un monastère de haute montagne, un homme qui n’a pas encore prononcé ses vœux se décide à quitter ce lieu de paix et de silence pour retrouver, trente ans plus tard, la seule femme qu’il ait jamais aimée.
Un roman d’envoûtement et de vérité, récit d’une passion – celle d’un « Tristan et Iseult » chinois, avec ses codes et ses interdits aussi précis que stricts – qui n’est pas seulement affaire de cœur et des sens, mais engage toute la dimension spirituelle de l’être, ouvrant sur le mystère de l’univers et le transfigurant.

Mon avis:

Déception... J'ai lu plusieurs ouvrage de François Cheng, et j'ai toujours beaucoup aimé sa prose, son sens de la poésie et du bon verbe. Mais dans ce livre, je me suis un peu ennuyée. Il a essayé de retranscrire une histoire lu dans un vieux parchemins chinois disparus.

L'histoire en elle même est intéressante : Vers la fin de la dynastie Ming, au 17ème siècle, un homme vivant dans un monastère reclus dans une montagne n'a pas encore prononcé ses vœux. Il décide de quitter ce lieu de méditation, de paix intérieure et de "zen" pour retrouver une femme qu'il a aimé il y a trente ans de cela...

Mais j'ai eu l'impression qu'il a essayé de trop magnifier l'histoire, du coup, il y a pas mal de redondance, de lourdeur dans la lecture.


il a utilisé sa plus belle plume, trop belle sans doute... Car il manque de simplicité.

En bref :

Moyen

Voir les commentaires

Rédigé par Sabrina

Publié dans #Littérature Romance

Repost 0