Articles avec #litterature dystopie tag

Publié le 3 Avril 2016

L'émeraude oubliée

De Lina Carmen, aux éditions La Bourdonnaye, 2014, Jeunesse

Résumé :

Dans la sinistre ville de Mornia, à la végétation inexistante, seules des tours de béton grises aux dimensions célestes s’élèvent vers des hauteurs indistinctes. Un mur infranchissable empêche toute sortie de cette prison qui ne dit pas son nom, gouvernée par un dictateur, le président Percy.
Les plus riches vivent en haut des tours, dans un confort luxueux. Les plus pauvres vivent en bas, dans une brume permanente, le « smog » métropolitain.
Yan, un garçon de 15 ans, est l’un de ces indigents dont le destin est de finir ouvrier dans une usine, comme son père et son grand-père. Mais il rêve d’une autre vie. Peut-être là-haut, chez les riches ? Ou bien ailleurs qu’à Mornia. Existe-t- il un autre monde que celui-ci ? Pour le savoir, il faudrait s’échapper. C’est alors que Yan rencontre Sonia, une jeune fille de son âge, issue des niveaux supérieurs, avec laquelle il va peut-être concrétiser ses rêves. L’évasion se prépare. Cependant, Percy et ses hommes sont prêts à tout pour faire échouer ce projet.

Mon avis :

Dans un avenir plus ou moins proche, le monde a pris des dispositions particulières face aux fossés creusé par l'économie entre les personnes riches et les plus nécessiteux. Les plus riches bénéficient d'un monde agréable pour vivre, d'un air frais à respirer et d'un confort sans égal, les plus pauvres vivent et survivent dans les bas fonds de la ville de Mornia, entouré d'un brouillard permanent le "smog" : le peuple du bas fond travaille sans relâche dans les différentes usines pour faire vivre la cité. Cette pollution est perpétuelle.

Yan, jeune adolescent des bas fonds, rêve de vivre dans les niveaux supérieurs. Sa mère a quitté son père quand il était petit, et ce dernier peine à se reconstruire. Il a envie de découvrir ce qu'il y a derrière le grand mur séparant Mornia du monde les entourant. On sent tout de suite cette sensation d'étouffement et d'enfermement : Yan veut vivre autre chose et autrement. Il choisit de construire une machine pour s'échapper de cette ville.

Sonia est la fille du Président Percy et vit de ce fait dans les niveaux supérieurs. Munie d'une clé de sécurité, elle voyage dans les niveaux inférieurs et rencontre Yan. Ayant besoin de matériel particulier pour construire sa machine volante, elle lui apporte tout ce dont il a besoin. Leur amitié et leur confiance nait très vite et se tisse au fur et à mesure de l'aventure.

Très vite, la sécurité découvre que des éléments ont été subtilisés : Sonia et Yan sont pris en chasse et une course poursuite débute : Ils parviennent à leur machine et, accompagné d'un ami de Yan, Arthur, dont les agissements portent à conséquences tentent le tout pour le tout.

On ressent tout au long de la lecture dans le style parfois simpliste et la façon d'amener les différentes séquences ainsi que la rapidité des événements que la cible du lectorat est la jeunesse adolescente. Cependant, c'est cela qui anime les adolescents et plus jeune : la vitesse. En cela j'ai beaucoup aimé ce livre : le décor est placé, l'intrigue également, et il n'y a pas plusieurs intrigues secondaires qui viennent interférer avec la principale. Ainsi on ne se perd pas en conjecture, et on reste concentré sur le dénouement de l'histoire.

Les sujets abordés dans le ce livre sont variés : on y parle d'amitié, de confiance, de liberté, et surtout d'un thème qui se veut très actuel : l'environnement! Ainsi, en peu de page, l'écosystème de notre planète revient en boucle dans notre esprit : notre monde est il voué à s'auto confiné dans des villes usines pour survivre? Auront nous encore un écosystème végétal dans le futur? Cette prise de conscience pour les plus jeunes est à mon sens essentiel, davantage lorsque l'on sait qu'ils naissent et grandissent dans un monde déjà en proie à l'innovation, la rapidité des découverte et la sur informatisation.

Le style de l'auteur est adapté à la jeunesse. J'aurais aimé approfondir certains points, ou du moins que l'auteur prennent davantage de temps pour expliquer certaines situations. Mais il ne s'agit que du premier tome, et j'ai bien hâte de découvrir la suite. L'intrigue, malgré sa simplicité est touchante, adaptée à un jeune public, parfois prévisible, mais la lecture est facile, agréable et on se laisse emporter par le récit.

Littérature jeunesse, oui, mais je m'y suis très bien embarquée!

En bref:

Un dystopie environnementale adaptée aux adolescents, et qui permet d'aborder des thèmes tels que l'amitié, l'amour, la confiance, les liens familiaux accompagnés de cette réflexion sur notre écosystème. A découvrir !!

Voir les commentaires

Rédigé par Sabrina.

Publié dans #Littérature Jeunesse, #Littérature Dystopie

Repost 0

Publié le 7 Mai 2015

Le passeur

De Lois Lowry, édition l'Ecole des Loisirs, sortie en 1993, Dystopie

Résumé:

Le monde dans lequel vit Jonas est bien éloigné du nôtre : une société où la notion d'individu n'existe pas. Plus surprenant encore : ses membres ne ressentent rien. Ni amour ni haine viennent bousculer leur quotidien. Les gens ne meurent pas non plus. Ils sont "élargis". Tout comme le héros de cette histoire – un garçon de douze ans – le jeune lecteur brûlera de savoir ce qui se cache derrière ce terme si obscur.

Mon avis :

1er volet d'une tétralogie, Le passeur m'a bouleversé et a fait remonter cette peur enfouie en moi de ne pas être acceptée par une société qui dicte ses modes, ses conseils sexo beauté culinaire déco et autres...

Le passeur, c'est un livre court, mais brillant car Lois Lowry dresse les détails d'une Communauté de ses Lois à Son mode de fonctionnement. On suit Jonas, qui pour ses 12 ans, se voit confier Son Attribution, Son métier. Et de là découle une rencontre, des questionnements, la découverte de ce qui est précieux, normale.

On se pose continuellement la question de ce libre arbitre dans le livre, car l'être humain en étant doué, on se demande comment on peut arriver à des extrêmes tels que la vie elle même n'est pas aussi bien protégée. L'Identique est il si bon que ça à l'Humanité?

En découvrant son Attribution, Jonas découvre une autre facette de sa communauté, et malgré un rythme lent, on sent tout le processus intrusif des Lois, et tout ce côté sombre de cette société, où la vie est dicté par les "Sages" : de la naissance à la formation des couples en passant par le choix de notre métier.

Le génie de l'auteur est de tisser la toile de cette Communauté en quelques pages : de son Histoire à son fonctionnement, on comprend tout, on voit quels sont les tenant et aboutissant et les choix cruciaux qui seront à faire... ou non.

Un livre que je n'ai pu lâcher, malgré une fin qui m'a semblé bâclée car je n'ai pas eu de réponse à mes questions, tellement vague que je me questionne encore. Cat pourquoi? pourquoi avoir autant hacher et simplifier la fin de cette épopée?

Mais à découvrir pour la prouesse d'écriture et d'imagination. le livre se lit facilement, de façon fluide et additive. A découvrir des l'adolescence...

En bref :

Un presque coup de cœur, une histoire brillante gâchée par une fin pas assez développée... Dommage!!

Voir les commentaires

Rédigé par Sabrina.

Publié dans #Littérature Dystopie

Repost 0

Publié le 6 Avril 2015

Neverland, Autre Monde Tome 6

De Maxime Chattam, éditions Albin Michel, Fantastique, dystopie

Résumé :

L'ennemi a détruit le deuxième Cœur de la Terre, séparé Matt, Ambre et Tobias. Alors qu'Entropia et ses créatures monstrueuses poursuivent leur entreprise de destruction, Matt découvre Neverland, la forteresse secrète et mystérieuse des Fantômes, les jeunes rebelles de l'empire d'Oz. L'Alliance des trois arrivera-t-elle à se reformer à temps pour sauver les enfants d Europe ? L'heure de révéler les ultimes secrets d'Autre-Monde approche...

Mon avis :

Comment donner un avis sans donner d'éléments qui vont spoiler l'entièreté de la saga pour les néophytes qui souhaitent découvrir l'œuvre à son commencement?

Autre monde est une épopée se déroulant à notre époque, mais suivant les aventures de trois adolescents, Ambre, Matt et Tobias, qui vont tenter de trouver une solution à la réaction de la planète face au "trop plein" de méfaits qu'elle subissait de la main de l'homme. Une Tempête ravage la planète, adultes et enfants se retrouvent dans deux camps distincts : celui des Pans pour les enfants, et celui des Maturs ou Cynicks pour les adultes.

Autre Monde est souvent présenté comme lecture jeunesse, mais pas seulement. J'ai découvert Maxime Chattam grâce à cette aventure il y a deux ans à peine : le synopsis m'avait sauté aux yeux tellement cette possibilité d'une réaction de la planète me semble logique. La Nature est surprenante, fascinante, terrifiante et hypnotisante.

Dans ce tome, les 3 adolescents formant l'Alliance des Trois (Titre du premier volume), se retrouve séparés. On suit par chapitre leurs différentes progression, et les situations se succèdent rapidement grâce aux chapitres courts.

Je me suis souvent surprise d'ailleurs à le lire en triturant mes doigts et même avec certaines palpitations. Car il est là le génie de Maxime Chattam : que l'on soit au début, au milieu ou à la fin du livre, on est sans cesse balloté et emberlificoté dans des miasmes putrides ou dans des geôles humides. Du coup, notre attention ne s'arrête pas et nous nous retrouvons à notre tour aux aguets, patientant de sentir comme les héros une main sur l'épaule ou une lumière au bout du tunnel.

J'ai une mauvaise manie en lisant ce genre de livre : regarder la page suivante pour voir si quelqu'un meurt ou pour mettre fin aux suspens. Je l'avais fait lors des premières lectures au tome 1, mais je me suis vite rendu compte que cela ne servait à rien. Chaque situation est toujours sur un fil, chaque événement en déclenche d'autres, chaque décision est dure à prendre. Il y a un chaos parfaitement délimité et parfaitement clair dans cet "autre Monde".

Cela est à l'image de l'adolescence, période où notre corps, notre cœur et notre esprit subit des changements. On se modèle à l'adulte et on se dresse contre l'autorité. Une décision est toujours lourde de conséquence, et les personnages se rendent parfaitement compte de ce que cela coute, et du danger qu'ils vont courir.

J'ai été un peu déçu par une comparaison entre l'histoire d'un Pan d'Europe et l'histoire qu'a vécu Matt lors du premier volet d'Autre Monde. J'ai changé d'avis sur la fin du livre, je comprend maintenant à quel point cela sert au personnage : se retrouver en quelqu'un c'est garder foi et confiance en soi et aux autres.

La progression des livres me fascine : au début, l'ambiance est calme, malgré les évènements qu'ils vont rencontrer. Mais plus on avance, plus les sacrifices sont violents : l'ambiance devient lugubre. Le comparatif le plus saisissant est à mon sens le lien entre la maturité qu'acquiert les adolescents et l'intensité des évènements à vivre.

Neverland passe un cap dans cette saga : on sent que le dénouement arrive, et on en a peur. Les possibilités sont nombreuses, et on se refuse à quitter ces Pans.

Maxime Chattam œuvre avec finesse et exactitude : car la lecture de ce tome nous questionne sur le rapport au monde mais par tous les continents : nous sommes tous différents, certes, mais nous sommes semblables.

En bref :

Excellent, on ne s'essouffle pas avec les tomes! La magie opère crescendo.

Voir les commentaires

Rédigé par Sabrina.

Publié dans #Littérature Dystopie, #Littérature Fantastique

Repost 0