Articles avec #litterature aventure tag

Publié le 17 Avril 2016

La forêt des murmures

Par Aurélie Genêt, chez Nats Editions, Aventure, Fantasy, 2016

Résumé :

Tout était sombre.
La forêt n’était plus que noirceur, tel un soir d’été quand un orage violent va s’abattre. D’ailleurs, le bruit qui se dégageait des feuillages agités malgré l’absence de vent assourdissait plus qu’un grondement de tonnerre continu.
Au milieu de cette obscurité surgissaient de partout des rubans d’or éthérés. Ils s’enroulaient autour des troncs, se détendaient, se tordaient en tous sens, laissant dans leur sillage des gerbes étincelantes.

Suivez Amadis dans sa quête de revanche sur les mystérieux mais terribles occupants de La forêt des murmures, les Darlaz.

Mon avis :

Adamis est un jeune homme qui devra faire face dès les premières pages, à une situation qui le conduira à quitter son village, les personnes aimantes qui l'ont accompagné dans la vie, l'univers familier dans lequel il a grandi.
Accompagné de sa fidèle mule blanche, il arrive à Sagois, ville qui sera pour lui source de révélation importante. Mais avant d'y arriver, il devra faire face à l'attaque des Darlaz alors que lui et ses accompagnateurs coupaient en pleine forêt. Il fera connaissance avec Elrène, chef de cette population.
Au fur et à mesure de l'aventure, Adamis fait face à de nombreux choix qu'il devra prendre : mais est-il prêt à les faire ? En a-t-il les ressources ?

Difficile de résumer ce livre sans risquer de trop en dévoiler, car même court, il est si bien travaillé que nous sommes embraqués dans l'intrigue dès les premières pages. Nous retrouvons d'ailleurs tous les thèmes chers à la fantasy, mais sans sombrer dans le "Dark" : l'imaginaire, mais aussi cette atmosphère médiévale. Cela sert parfaitement l'histoire, car à certains moments, j'aurais pu penser lire un récit dont l'intrigue se déroule au moyen-âge.

L'ambiance générale du livre n'est pas sombre, mais est à chaque moment ponctuée d'incertitude. On le ressent davantage dans les moments où Adamis se retrouve au côté de sa mule blanche, repère important pour lui. Je ne comprenais pas pourquoi l'auteur insistait régulièrement sur la blancheur de la mule, mais lorsqu'un nœud de l'histoire est dénoué, chaque pièce du puzzle s'assemble.
Le livre regorge de descriptions, sans être lourd Elles permettent au contraire de bien cerner les lieux, de leur donner vie et de les "voir" durant la lecture. Ainsi, la Forêt des murmures, les châteaux, la crypte sont des personnages tout aussi bien présentés que les protagonistes principaux. Le souci du détail demeure entier.

Aurélie Genêt utilise la langue française à la perfection et de façon précise, et chaque phrase est rédigée sans précipitation. C'est d'ailleurs l'un des plaisirs du livre : du début à la fin, il n'y a pas de changement de style ni de répétition ou de précipitation dans le texte. Au contraire, les scènes sont bien travaillées et permettent aux lecteurs de rester concentré dans le texte.
Je suis restée parfois perplexe lors de certains dialogues : certains passages étaient parfois "trop bien tournés" et on sentait moins de spontanéité dans ces dialogues. L'effet moyenâgeux.
Les personnages sont décrits moins dans leur physique que dans leur personnalité. C'est d'ailleurs ce que j'ai le plus apprécié dans cette description : l'auteur permet donc au lecteur de se les représenter. Elle précise des points précis comme le regard, la couleur des cheveux, sans entrer dans une description trop appuyée. Leur caractère par contre est bien décrit, autant dans leurs actes que leur parole. Avant qu'Adamis ne possède toutes les cartes en main, son comportement était semblable à chaque adolescent : spontané et pas toujours réfléchi. Mais c'est aussi ce qui fait qu'on s'y attache.

Une lecture agréable, d'un niveau littéraire élevé et précis. Premier récit que je découvre de l'auteur, à qui j'en veux personnellement de cette fin, en toute bienveillance. Elle ose laisser le lecteur dans un tel état qu'une suite est obligatoire pour répondre à toutes les questions qui sont nées. :-)

En bref :

Une lecture qui permet de se promener dans l'imaginaire. Quel plaisir de se plonger dans ce monde! L'auteur a un talent certain pour raconter les histoires.

Voir les commentaires

Rédigé par Sabrina.

Publié dans #Littérature Fantasy, #Littérature Aventure

Repost 0

Publié le 7 Juin 2015

L'appel de la forêt

De Jack London, édition le livre de poche, Première édition1986, Littérature aventure.

Résumé :

Admiré par tous et choyé par son maître, le chien Buck n'a vraiment pas de raison de se méfier des humains. Un homme va pourtant l'arracher à son foyer ; un autre va lui enseigner la dure loi du plus fort. Devenu chien de traîneau, Buck découvre la violence, le goût du sang. Des rivalités déchirent la meute dont il fait maintenant partie. Alors que Buck s'éloigne de la civilisation, une voix venue de la forêt éveille dans sa mémoire l'appel de la nature, puissant, irrésistible...

Mon avis :

Roman à première vue jeunesse, il faudra de la maturité et du courage pour passer certaines scènes de ce livre sans larmes et soubresauts de sanglots. Attachée comme je le suis aux animaux, la bêtise humaine et la torture affligée aux animaux est pour moi difficile à comprendre et à supporter.

Buck est un chien vivant dans une grande maison coloniale, veillant sur des enfants et passant le plus clair de son temps à veiller son maitre, un juge bon envers lui. Un jour, il sera vendu par l'un des employé de celui ci, et rencontrera tour à tour des hommes durs, farouches, lui apprenant à coup de gourdin l'obéissance aveugle.

Changeant de propriétaire, il découvre, harnaché à un traineau, la vie dans le grand Nord : en compagnie d'autres chiens, il apprend à sentir la neige sous ses pattes, à prendre les virages et à tirer, encore et encore, son chargement. Il découvrira son amour pour son travail, et sa volonté et l'orgueil de tenir sa place.

Ces propriétaires sont au début réfléchi sans être bienveillant, évitant les risques inutiles. Cependant au fur et à mesure, il se retrouve, lui et ses compagnons face à des personnes dénuée de toute responsabilité et de sens logique, menant le traineau à la catastrophe. Recueilli par John Thornton, il découvre l'amour inconditionnel pour un maitre, mais son aventure ne s'arrête pas là : sentant en lui une force l'appeler dans la forêt, il reconnaît et accueille cet appel : le monde sauvage lui ouvre les bras.

Les débuts chaotiques de Buck dans ce monde du grand Nord et l'âpreté du monde sont dépeints avec réalisme et dureté : il n'y a pas la place pour les sentiments : le travail doit être mené vite et bien. Hommage à ces chiens de traineaux, l'auteur nous fait sentir l'orgueil, la fierté de ces chiens à dépasser sans cesse leurs limites pour avancer dans ces contrées glacées.

La relation Homme - Animal est tour à tour terrible, dérangeante, atroce et bienveillante : les maitres sont tous différents face à leurs chiens, mais voir qu'ils sont capables d'en oublier la raison et obliger les chiens à aller toujours plus loin...

La cruauté envers les animaux est hélas encore tenace de nos jours, sans qu'il n'y ai de réelle raison (ne mentionnons ici que la véritable bêtise humaine). Dépeinte sans ménagement dans ce livre, on se rend compte, à voir le monde des yeux de Buck, que celui ci, si vaste soit il recèle malgré tout des espoirs et des plaisirs.

L'appel de la forêt, c'est aussi ce voyage dans les contrées glacées, ce froid qui prend aux tripes et rend l'histoire plus intense. De plus, à une période de la Ruée vers l'Or, cette histoire démontre également les méconnaissances de certaines personnes : ils se lancent à corps perdus dans une aventure sans avoir toutes les clés en main pour avancer en toute sécurité et éviter les dangers.

Un livre court, mais qui marque par son intensité et cet amour que l'on ressent envers ces animaux puissant et intelligents. Une belle lecture.

« D’autres voix lui parlaient encore. Des profondeurs de la forêt, il entendait résonner tous les jours plus distinctement un appel mystérieux, insistant, formel ; si pressant que parfois, incapable d’y résister, il avait pris sa course, gagné la lisière du bois. Mais là où finissaient les vestiges de vie, près de fouler la terre vierge, un sentiment plus puissant encore que cet appel, l’amour pour son maître, arrêtait sa course impétueuse, le forçait à retourner sur ses pas, à venir reprendre sa place parmi les humains. »

(p113)

En bref :

Un voyage dans le grand Nord, on s'attache à Buck, ressentant avec lui les morsures de son existence. Une belle lecture.

Voir les commentaires

Rédigé par Sabrina.

Publié dans #Littérature Aventure

Repost 0

Publié le 19 Mai 2015

Le géant enfoui, Coup de coeur

De Kazuo Ichiguro, éditions Les Deux Terres, 2015, Fantastique, héroic fantasy, aventure, romance.

Résumé :

Axl et Beatrice vivent un amour constant qui a résisté aux années. Ils décident de faire un voyage pour rejoindre leur fils, parti depuis longtemps. De nombreux obstacles se dressent sur leur chemin, parfois étranges, parfois terrifiants, et mettent leur amour à l'épreuve. Leur parcours est une métaphore de nos vies à tous.

Dix ans après Auprès de moi toujours, Kazuo Ishiguro revisite, dans Le Géant enfoui, les thèmes shakespeariens qui traversent son œouvre : la mémoire et l'oubli, la confiance et la haine, la vengeance et la justice. L'histoire d'’Axl et Beatrice, une allégorie du monde moderne, est dores et déjà un monument de la littérature.

Mon avis :

Dans une atmosphère romanesque, emplie de légende, Kazuo Ichiguro nous invite à nous plonger dans un questionnement profond sur la mémoire : qui sommes nous, quelle est notre nation? Comment notre esprit fait la part des choses entre ce dont il se souvient et ce qu'il oublie? Est ce que les faits les plus négatifs de notre vie méritent de rester dans notre mémoire ou mieux vaut il les oublier afin d'avancer vers un mieux être et un monde serein?

Entre La légende du roi Arthur et Le Seigneur des anneaux, Le Géant Enfoui est également l'histoire d'une quête, où l'amour, le sentiment d'appartenance et la fratrie sont importants. Complexe dans son ensemble, le livre ne laisse pas de marbre tant il pose des questions.

Nous allons suivre Axl et Béatrice, un couple de personnes âgées et sans âge. Il vive dans un village où chaque personne a un rôle et une fonction. Béatrice fait la connaissance d'une femme aux abords du village qui la conduit à se poser la question de ses souvenirs : ces derniers, éparses, s'effacent doucement. Ayant peur d'en oublier jusqu'à son existence, elle convainc son époux, Axl, d'entreprendre un voyage, de village en village pour aller voir leur fils. Ce dernier a quitté sa famille de nombreuses années auparavant et ils souhaitent à présent le revoir, avant de l'oublier. Ils sont Bretons.

Durant leur périple, ils rencontrent dans un village Saxon Wistan, un guerrier qui a arraché à des ogres un garçon Edwin. Ce dernier, un adolescent, est renié par les siens à cause d'une étrange morsure sur son torse reçue lors du combat qu'a mené Wistan. Le couple accepte de faire route avec eux afin de conduire le jeune Edwin dans un village où il ne sera pas inquiété par les superstitions.

Leur chemin, de montagnes en vallées, de forêts en sous bois, leur fait rencontrer le chevalier Gauvin. Ce dernier est le neveu du grand roi Arthur qui lui a confié comme mission de tuer le dragon Querig qui sévit dans la région.

Souffrante d'un mal la faisant boiter, Béatrice souhaite poursuivre leur voyage en passant par un monastère, afin de rencontrer le moine Jonus pour qu'il puisse soigner ses douleurs. De là, les péripéties deviennent bien plus sombres. Les protagonistes comprennent alors les raison des pertes de mémoire des populations entières : car parfois ce qui a été dis une heure avant est perdu dans les limbes de l'oubli.

Un amour inconditionnel uni Axl et Béatrice. Sans que cela épique, impossible ou incroyable, ils ont conscience que l'un sans l'autre ils n'y arriveront pas. Soutenant toujours Béatrice, Axl fait fi des souvenirs qui lui reviennent progressivement et ne dévoile à sa bien aimée aucun trouble ni animosité. Une belle histoire à mon sens, et une fin... A découvrir.

Outre cette histoire d'amour dont on parle dès la quatrième de couverture, cette épopée arthurienne est envoutante, entêtante et très addictive. On peut être choqué ou troublé tout du moins par ce Haut Moyen Age, car on ne s'attend pas à ce genre d'histoire. J'avoue même qu'au début il faut un petit temps d'adaptation, mais le premier chapitre passé, on ne parvient plus à poser ce livre.

Empreint de réalité tout comme de fantastique, ce roman a tout d'une aventure : les combats d'épée, le dragon, le chevalier en armure... Mais le tout est raconté sans rage, avec minutie. On apprécie d'autant plus les scènes de combat à l'épée, car tel une caméra miniature, on suit chaque mouvement, chaque contraction musculaire et chaque oscillation de la lame.

Loin du Trône de Fer de Georges RR Martin et du Seigneur des anneaux de JRR Tolkien, Le Géant Enfoui s'en rapproche malgré tout : il y a un mystère envoutant à vouloir créer une mythologie de l'Angleterre.

Le thème le plus important du livre reste à mon sens le Souvenir : depuis de longues années, la région est en proie à l'oubli. Béatrice a surnommée ce phénomène une Brume qui retire les souvenirs. L'enjeu est donc de les retrouver. Mais Béatrice, en le souhaitant, a en même temps une peu car les mauvais souvenirs, méritent ils d'être retrouvé? Est ce que cela aura un impact sur les relations avec Axl?

Lorsque j'ai refermé le livre, je l'ai embrassé! Oui je suis folle, mais j'ai été tellement enchantée de vivre cette histoire, tellement admirative de ces enjeux et surtout de la clairvoyance dont fait part tous les personnages.

Kazuo Ichiguro a mis 10 ans a l'écrire. Et Jusqu'à la fin il m'aura tenu en haleine, parfois avec ardeur, parfois avec mélancolie. Je suis si triste qu'il soit terminé...

En bref :

Un coup de cœur tellement j'ai aimé découvrir cette atmosphère brumeuse et enveloppante. Une histoire qui tient en haleine et qui donne envie de garder précieusement ses souvenirs...

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 25 Septembre 2013

Où est passée Lola Frizmuth

Par Aurélie Guerlach, éditions Gallimard Jeunesse,

Résumé :

Lola Frizmuth, dix-huit ans, un charisme hors normes et un physique de rêve, décide de fuguer vers le Japon, quelques semaines avant de passer le bac, pour retrouver Tristan, son âme sœur... Et la voilà embringuée dans une histoire trop "chelou". Dans l'avion, un gangster japonais échange la carte SIM de son portable, truffée d'infos top secret, avec celle de Lola. Résultat : arrivée à Tokyo, Lola, qui ne connaît pas un mot de japonais, n'a plus un seul contact dans son téléphone. Des types armés en costume rayé la talonnent. Et Tristan est dans les bras d'une autre...

De la repartie, pas mal d'autodérision et une bonne dose d'inconscience, Lola Frizmuth ne passe pas inaperçue et c'est pour ça qu'on l'aime.

Mon avis :

Lola Frizmuth a dix-huit ans, un charisme et une répartie hors normes et un physique à faire pâlir un mannequin. Sur un coup de tête, elle décide de se rendre au Japon pour voir le garçon dont elle est tombée amoureuse : Tristan. Au diable le bac et la famille : son âme sœur l'attend.

Certes, ce n'est pas un livre qui gagnerait le prix Gongourt... Mais qu'est ce que j'ai pu rire !!! Aurélie Gerlach, qui aime beaucoup le Japon a su dépeindre avec humour les aventures de cette jeune fille. De l'autodérision, de la répartie, de l'inconscience, du cynisme, et hop, vous voilà redevenu l'espace de la lecture une adolescente....

Le Japon est connu pour sa culture qui est animée du respect de ces coutumes, mais aussi de la frénésie du "maintenant", des nouvelles technologies et d'une société toujours mouvante. On s'amuse tout de même à voir ce parallèle entre cette lecture légère et le sérieux parfaitement nippon!

Mais je ne peux résumé qu'ainsi ce livre, un moment dévasion, léger qui permet au quotidien de se dérider. A lire pour jeunes et moins jeunes, ne pas se priver de bon moment :

En bref :

Bon!

Voir les commentaires

Rédigé par Sabrina

Publié dans #Littérature Humour, #Littérature Aventure

Repost 0