Petites scènes capitales

Publié le 20 Mars 2016

Petites scènes capitales

De Sylvie GERMAIN, aux éditions Albin Michel, Roman, 2013

Résumé :

« L'amour, ce mot ne finit pas de bégayer en elle, violent et incertain. Sa profondeur, sa vérité ne cessent de lui échapper, depuis l'enfance, depuis toujours, reculant chaque fois qu'elle croit l'approcher au plus près, au plus brûlant. L'amour, un mot hagard. »
Pour cette rentrée littéraire 2013, l'avant Mai 68 puis sa traversée font irruption dans l'’œuvre de Sylvie Germain.
Comme une tapisserie de légende, les fils de l'intime et du tragique se tissent en Petites scènes capitales, qui du berceau jusqu'à la mort disent l'infini bonheur d'être au monde, fût-ce au prix de douleurs difficiles à endormir.
L'élève de Levinas raconte Lili, ses parents, sa belle-mère, ses sœurs et frère par alliance, etc., guidée par ce qu'un autre disciple de Levinas – Alain Finkielkraut – dénomme La sagesse de l'amour.
Telle celle d'une tragique grecque des temps modernes, sa plume inspirée conduit jusqu'à une magnifique catharsis.

Mon avis :

Qui est Lili?

Jeune fille vivant avec son père, sa maman les quitte vers 11mois et meurt quelques années plus tard. Son père décide de refaire sa vie et se marrie à un ancien mannequin : Viviane. Celle ci a déjà quatre enfants, Jeanne Joy, les jumelles Chantal et Christine, et Paul. Qui dit nouvelle famille dit nouvelle façon de vivre : partager son quotidien, ses affaires, les fêtes et les attentions. Progressivement, Lili se pose des questions sur qui elle est, ce qu'elle est aux autres et ce qui la lie à eux.

Lili grandit tant bien que mal ballotée par les différentes scènes qui vont marquer son existence : la mort de sa grand mère, les enfants qui quittent le foyer familial, les crises difficiles à cerner de Viviane, la disparition d'une personne, et sa quête d'identité qu'elle tente de garder en cap. Elle n'ose poser des questions de front à son père, se perd parfois en supposition, mais se laisse habiter par cette inconstance des sentiments : tristesse, mélancolie viennent doucement perdurer dans la lecture : on sent à la fois son indignation mais son dépit face à sa réalité identitaire. Elle se laisse aller aux aléas de sa vie, victime parfois des faits.

En partant pour Paris pour ses études, elle prend le prénom de Barbara. Là encore elle essaye de prendre possession de qui elle est.

Tout au long du récit, Sylvie Germain nous offre des "petites scènes capitales" de la vie de Lili, dont l'un des évènements majeur est cette mort, provoquant davantage de tumulte, de l'incompréhension.

Il est difficile de résumer un tel livre car ces petites scènes se succèdent, se ressemblent, renferment parfois autant d'incompréhension que de justesse. A la fois profonde et sensible, la plume de Sylvie Germain touche la corde sensible de l'identité avec tact, mais réalisme. Elle exprime tout au long de ce roman la complexité de ce que nous sommes : pluriel et malgré tout unique, nous sommes ce que le passé à fait de nous. Nous sommes l'héritage de notre famille, et des événements que l'on a rencontré.

J'ai aimé suivre Lili. J'ai été attachée à son embarras, à sa tristesse et parfois même à une certaine forme d'affliction. La vie qu'elle mène n'est qu'une quête pour se trouver elle même, parfois sans chercher de l'aide extérieure. J'ai eu cette impression parfois à juste titre, qu'elle n'allait pas au bout de ses recherches, s'arrêtant sur des faits sans vouloir se les expliquer.

On ne lit pas le livre, on le vit car on ressent, on touche au quotidien de Lili. L'auteur parvient grâce à une palette de sensation à faire vivre la lecture.

Les chapitres sont fragmentés, comme des morceaux de vie. Mais ils auraient plus être encore plus disparates, faisant des retours en arrière. Mais la construction du livre est telle qu'on ne plonge pas dans le drame et le pathétique. Au contraire, malgré la vie donnée au livre, on reste observateur d'une vie qui va à la recherche de son essence.

En bref :

Une lecture riche en émotion et en introspection... Au final, sa seule volonté que l'on a est de découvrir tout comme elle : Qui est Lili.

Broché: 256 pages
Éditeur : ALBIN MICHEL
Date de sortie : 21 août 2013
Collection : LITT.GENERALE
Langue : Français
ISBN-10: 2226249796
ISBN-13: 978-2226249791
19 €

Rédigé par Sabrina.

Publié dans #Littérature Roman

Repost 0
Commenter cet article

BlueMoon 23/03/2016 22:06

J'ai beaucoup aimé Magnus, et il me semble que la façon d'écrire est un peu la même, ce qui me donne envie de lire le livre !
Bonnes lectures !

Sabrina. 24/03/2016 06:56

JE découvre sa plume et j'avoue qu'elle me plait beaucoup. Elle a écrit de nombreux ouvrages, je vais me procurer Magnus alors et t'en dirai plus ^^